Saint-Jean-des-Piles
Michel Chrétien

1997 - MICHEL CHRÉTIEN

Directeur du Laboratoire de neuroendocrinologie moléculaire
de l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM)

Ses notes biographiques situent sa naissance à Shawinigan, en 1936. Mais, à cause de son frère peut-être qu’il ne peut pas nous cacher qu’il a plutôt vu le jour à Baie-de-Shawinigan...

Brillant, le qualificatif est simple, comme ses origines. Mais il colle tellement bien à cet homme qui a connu une trajectoire aussi prestigieuse. C’est un médecin curieux, qui possède une soif insatiable de savoir, de tout connaître.

  Michel Chrétien
Les sept années qui suivront l’obtention de son diplôme de médecin, à l’Université de Montréal, l’amèneront dans les plus prestigieuses institutions. En 1962, il est médecin résident à la faculté de médecine de l’Université Harvard, à Boston, puis, en 1964, assistant biochimiste à l’Université de Californie, à Berkeley.

Et c’est en 1967 qu’il se joint à l’équipe de l’Institut de recherches cliniques de Montréal qui deviendra véritablement son «chez-soi». Il crée alors le tout premier laboratoire de chimie des protéines au Québec. Il est le co-découvreur, en 1976, de la béta-endorphine humaine, ce qui lui vaut le prix du Clarke Institute of Psychiatry de Toronto.

Au cours de sa longue carrière il a été honoré une multitude de fois. Dès 1955, à sa sortie du Séminaire de Joliette, il obtient le Prix du Gouverneur général du Canada, en 1994, il est décoré de l’Ordre du Québec à titre d’officier sans oublier, bien entendu, la médaille d’officier que lui décerne l’Ordre du Canada en 1986. Il a également reçu plusieurs prix prestigieux, dont le prix Isaac-Walton-Killam du Conseil des arts du Canada et le prix Friesen du Collège royal des médecins du Canada. Reconnu par ses pairs, il détient trois doctorats honoris causa, dont un offert par l’Université René Descartes de Paris.

Mais la plus belle qualité d’un chercheur, outre l’opiniâtreté, est celle de la communication. Quand on consulte l’incroyable liste des conférences qu’il a données à travers le monde depuis 1960, on remarque en tête de lice, chapeautant fièrement cette extraordinaire carrière, celle qu’il a donnée, en 1960, au club Pic de Shawinigan, sa toute première conférence.

Michel Chrétien a joint en 1998, la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa où il a dirigé l’institut Loeb pour la recherche médicale jusqu’en 2001. En 2005, il crée l’institut de la biologie des systèmes à l’Université d’Ottawa, tout en poursuivant ses travaux de recherches, subventionnés sans interruption depuis 1967 par le Conseil de la recherche médicale du Canada.

 
Par François St-Onge