Saint-Jean-des-Piles
Marcel Jobin

2002 - MARCEL JOBIN

Marcheur olympique
Équipe canadienne d’athlétisme

Au cours de ses 16 années de compétition en marche olympique, il a décroché 15 championnats canadiens au 20 kilomètres, dont une série de championnats qui aura duré 13 années consécutives. Il est devenu le premier Canadien à abaisser le temps du 50 kilomètres-marche sous les 4 heures et le premier Canadien à marcher les 20 kilomètres sous le chrono d’une heure 30 minutes.

  Marcel Joblin

Dès 1969, à ses premiers Championnats canadiens à Toronto, il termine premier au 20 kilomètres. En 1972, il remporte aussi la première place aux essais olympiques du 20 kilomètres. Il fera partie de l’équipe canadienne des Jeux Olympiques de Munich, la première de ses 4 sélections olympiques. Il récidive donc en 1976 aux Jeux Olympiques de Montréal où il termine 23e sous une chaleur accablante. Par la suite, il accumule les succès. Il est premier, en 1977, à deux rencontres internationales en Angleterre et aux Championnats canadiens. Il est premier aussi en 1978 à cinq rencontres internationales au Canada et aux États-Unis.

En avril 1981, il signe une magnifique 2e position en altitude au Mexico International, une épreuve de 50 kilomètres. « Je me suis rendu compte que j’étais capable de m’épauler aux meilleurs marcheurs au monde mais que, psychologiquement, j’étais accroché. En réussissant, pendant 45 kilomètres, à dominer devant les meilleurs marcheurs au monde, dont les 6 meilleurs Soviétiques, les 6 meilleurs Mexicains. Ce n’est qu’au kilomètre 45 que Valery Sunkov réussit à me devancer pour prendre 2 minutes sur moi », raconte-t-il.

Après avoir établi un record mondial en salle en 1980, il va enregistrer un autre record lors du Marcel-Jobin International de 1981. Ses succès et sa persévérance seront reconnus. Dans un sondage mené auprès des amateurs de sports du Québec dans les années 80, la station radiophonique CKAC a déjà classé Marcel Jobin au deuxième rang, tout juste derrière Guy Lafleur. Cette année-là, il avait même devancé le populaire joueur de baseball Gary Carter et le pilote québécois Gilles Villeneuve.

Après avoir été nommé l’Athlète amateur par excellence du Club Médaille d’Or en 1979, il sera intronisé au Panthéon des sports de la Mauricie en 1985. Il a été reçu chevalier de l’Ordre national du Québec en 1991 et devenu membre de l’Ordre du Canada en 1992. Le Panthéon des sports du Québec va lui ouvrir ses portes en 1993.

La carrière sportive de notre Grand Shawiniganais aura été une longue marche vers la reconnaissance du statut d’athlète amateur, mais aussi celle de l’athlétisme. Au cours des années 1960, lorsqu’il a commencé à déambuler au pas de course dans les rues de Shawinigan en portant un survêtement sportif, Marcel Jobin a beaucoup fait parler de lui. Comme il était le seul à s’entraîner et que ce sport était méconnu au Québec, les gens commencèrent à l’appeler le fou en pyjama, ce qui faisait sourire les plus sceptiques.

Mais, ce sont ses qualités de coeur qui lui ont permis de persévérer. En tout temps, sa famille aura été un soutien et une source d’inspiration.

Né à Parent, en Haute-Mauricie, il déménage à Shawinigan avec sa famille à l’âge de six ans. Il va fréquenter le célèbre Institut de technologie de Shawinigan pour obtenir sa formation académique en électricité. Il n’aura qu’un seul employeur, l’usine de câble Alcan, qui le prend à son service en 1963. Et c’est au terrain de jeux qu’il rencontre Nicole, la femme de sa vie, alors monitrice pour le Service des loisirs de Shawinigan. Ils ont deux enfants, Philippe et Karine.

La fierté que nous ressentons face à cet athlète de niveau international trouve son écho dans la lettre écrite par sa fille Karine à l’Académie des Grands Shawiniganais. « Je vous fais grâce de l’histoire de tous ces souvenirs qui ont marqué ma jeunesse et qui continuent de m’habiter aujourd’hui. Je vous fais grâce des rires et des pleurs qui accompagnent chaque entraînement, chaque compétition. Des joies et des déceptions... », écrit-elle. « Il a tracé un chemin là où personne n’avait osé s’aventurer. Il a fait rire de lui mais il a persévéré. Il s’est fait mordre, cracher au visage, injurier, mais il n’a pas lâché. (...) Moi, je suis fière de mon père. »

Depuis 1996, le club des coureurs sur route Milpat a donné le nom de Marcel Jobin à son demi-marathon qui regroupe des coureurs des quatre coins du Québec et qui est la plus importante course sur route en Mauricie.

Marcel Jobin a vécu une belle collaboration avec la peintre Marguerite Boivin de Shawinigan en participant aux projets « Parcours olympique » et « Rêve olympien » en 2003 au Centre Pauline-Julien de Trois-Rivières et il est bon de souligner qu’il a été coprésident d’honneur au 26e gala Sport Hommage Desjardins en 2008.

Par François St-Onge