Saint-Jean-des-Piles
Gilles Grondin

1999 - GILLES GRONDIN

Maire de Shawinigan-Sud

Pour être certain de bien cerner toutes les facettes de la personnalité de ce Grand Shawiniganais, il faut embrasser la vie de toute une communauté.

Cet homme a fait de la politique au sens propre du terme, sans jeu de mot. Il s’est occupé des affaires de la cité pour le bien-être de ses concitoyens. Et toujours en avant, en battant la mesure, afin d’être certain que les choses se fassent correctement.

Dès 1964, nous le retrouvons à la présidence des étudiants en bibliothéconomie de l’Université de Montréal. Il a débuté sa carrière professionnelle à titre de bibliothécaire au Séminaire Sainte-Marie puis au Cégep de Shawinigan où il assumera par la suite le poste de directeur des services aux étudiants jusqu’à sa retraite en 1994.

  Gilles Grondin
Il n’est pas possible de parcourir son curriculum vitae sans être épris d’un certain vertige. Autant de causes, autant d’implications réalisées par un seul homme. Pour comprendre, il faut réaliser qu’il lui est possible de mener à bien mille projets en même temps.

Prenons, par exemple, l’année 1985. Elle est au coeur d’une décennie qui aura été, jusqu’à maintenant, celle de ses grandes réalisations. Il sera, d’ailleurs, élu Personnalité de la décennie 1980 par la Chambre de commerce de Shawinigan/Shawinigan-Sud. En 1989, la ville de Shawinigan-Sud le nomme Citoyen d’honneur. Et en 1985, les Amis du sport de Shawinigan-Sud lui décernent le prix de « Supporteur du sport ».

En 1985, donc, il est directeur des services aux étudiants et du Centre des médias au Cégep de Shawinigan. Il siège au Comité des relations de travail du collège et est administrateur de la Société de gestion et d’expertise du Centre-de-la-Mauricie. Puis, il est le responsable administratif du module Kino-Québec au Cégep.

Mais, il s’occupe aussi de la société qui vit à l’extérieur des murs du collège.

Cette année-là, il est vice-président de la Corporation de développement industriel et commercial du Centre-Mauricie, la Codicem. Mais, il est aussi administrateur au Séminaire Sainte-Marie, son alma mater.

Déjà, il siège au Comité provisoire d’implantation du Centre d’interprétation de l’industrie qui deviendra la Cité de l’énergie. Il trouve le temps d’animer, à la télévision communautaire, la portion locale du Noël du Pauvre. Et il est membre de la Corporation du centre hospitalier régional de la Mauricie.

Mais, d’abord et avant tout, en 1985, il termine son deuxième mandat consécutif à la mairie de Shawinigan-Sud. Il y est maire depuis 1977! Et, à ce titre, il préside le Comité intermunicipal de transport en commun qui deviendra, en 1985, la Régie intermunicipale de transport en commun du Centre-de-la-Mauricie, une réalisation unique au Québec dont il est particulièrement fier.

Dans un hommage que l’Hebdo du Saint-Maurice lui rendait en 1985, on peut lire que « la question du transport en commun a été débattue et suivie presque exclusivement par un seul homme. » « Imbu de justice et d’amélioration sociale, (il) sait que le transport en commun est une nécessité pour notre communauté. »

Après avoir été, de 1986 à 1988, député fédéral de Saint-Maurice, il retrouve ses collègues du Collège où il va mettre sur pied, en 1994, la Fondation du Collège Shawinigan.

Gilles Grondin est décédé en 2005 après une longue maladie. Les témoignages de sympathie sont unanimes à reconnaître en Gilles Grondin un leader naturel d’une grande générosité, d’un dévouement remarquable et plusieurs personnes ont vu en lui un modèle inspirant qu’ils n’ont pas hésité à suivre dans ses nombreux projets.

 
Par François St-Onge