Saint-Jean-des-Piles
Avis publics
Rapport sur la situation financière de la Ville de Shawinigan

Rapport sur la situation financière de la Ville de Shawinigan

Madame Lise Landry, mairesse de Shawinigan

Le lundi 24 novembre 2008

Collègues du conseil,
Monsieur le directeur général,
Mesdames, Messieurs,

En conformité avec la Loi sur les cités et villes, j’ai le plaisir de présenter ce soir, au conseil municipal ainsi qu’à la population de Shawinigan, ce rapport sur la situation financière de notre Ville.

Mon exposé traitera des états financiers au 31 décembre 2007, du programme triennal d’immobilisations 2008-2010, des indications pour le l’année 2008 et pour le budget 2009.

  • Faits saillants 2008

Avant d’aborder les états financiers, permettez-moi de faire avec vous un tour d’horizon des faits saillants qui ont marqué 2008.

Nous allons conclure, dans un peu plus d’un mois, une année de consolidation et de concrétisation de projets que nous avons mis de l’avant au cours des dernières années.

Dans quatre semaines, nous allons procéder à l’inauguration officielle de l’Amphithéâtre Shawinigan, un projet ambitieux qui va nous permettre d’offrir à nos concitoyens un équipement culturel et sportif de premier plan. Ce projet de 23,3 millions de dollars aura été complété dans les temps prévus. Je désire féliciter les employés municipaux pour l’excellent travail accompli pendant sa construction ainsi que pour la préparation et l’aménagement temporaire du terrain.

Au cours de l’année 2008, nous avons également procédé à quelques inaugurations officielles de projets amorcés l’an dernier.

C’est le cas du Complexe sportif de Shawinigan, inauguré le 2 juin dernier. Il s’agit d’une infrastructure de 3,9 millions de dollars qui comprend deux terrains synthétiques et deux terrains naturels de soccer et de football. Des tableaux d’affichage, des estrades et un système d’éclairage complètent les installations.

Déjà cette année, la disponibilité de terrains de qualité nous a amené deux compétitions de soccer majeures : les Sélections régionales et la Coupe Saputo. Ces événements ont amené chez nous, pendant plusieurs jours cet été et cet automne, des centaines de joueurs, d’accompagnateurs et de spectateurs venant des quatre coins du Québec.

Le 11 novembre dernier, nous avons célébré l’inauguration du Centre communautaire Sainte-Flore. Installé dans les anciens locaux de l’entreprise HDI, ce nouveau centre communautaire a été aménagé au coût de 810 000 $ grâce au Programme de mise en valeur intégrée « PMVI » d’Hydro-Québec, associé à la construction de la centrale hydroélectrique du Rocher-de-Grand-Mère.

D’ailleurs, nous avons réalisé, cette année, près de 80 % de la Phase 2 du PMVI. Il faut noter, parmi nos réalisations, l’attention que nous avons portée pour améliorer notre réseau de pistes cyclables en y investissant près d’un million de dollars provenant du PMVI.

Ainsi, nous avons réalisé une nouvelle portion de la piste du parc de la Rivière-Grand-Mère, nous avons aussi asphalté la piste cyclable de la 50Avenue dans le secteur Sainte-Flore et nous avons conclu la piste cyclable du Chemin du Canton dans le secteur Lac-à-la-Tortue.
 
À l’hôtel de ville, le Bureau des affaires juridiques a inauguré, en août dernier, sa nouvelle salle d’audience. Maintenant située au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, la salle d’audience est installée à proximité des bureaux du greffe de la cour municipale, rendant le tout plus fonctionnel pour les citoyens, les employés municipaux et les procureurs.

Le Bureau des communications a amorcé une analyse complète de notre gestion des requêtes qui devrait nous permettre d’améliorer, dès 2009, la qualité de notre service d’accueil et de gestion des demandes des citoyens.

J’aimerais rappeler que la Ville de Shawinigan a été l’hôtesse régionale, en mai dernier, du Mois de l’arbre et des forêts. La forêt occupe encore aujourd’hui plus de la moitié du territoire de la Ville et inclut le parc national du Canada de la Mauricie.  Le comité organisateur de la Ville a fait le pari de présenter une programmation novatrice où la famille occuperait une place de choix et il a su relever ce défi avec brio.

Enfin, nous avons pris l’initiative, en 2008, de protéger un joyau de notre patrimoine bâti. Nous avons cité bâtisse patrimoniale l’Auberge Grand-Mère. Puis, nous avons conclu une entente avec le promoteur Groupe Sélection pour la mise en valeur de cet édifice datant de 1896.

  • Développement économique

Après l’annonce dramatique de la fermeture de l’usine Belgo, il y aura un an cette semaine, nous avons décidé de doter notre Centre local de développement d’un fonds spécial pour activer et soutenir notre reconversion économique.

Le CLD Shawinigan a donc pu compter sur le Fonds de développement de Shawinigan, un nouveau levier économique. Constitué d’un montant de 450 000 $, bonifié de 75 000 $ par le CLD pendant l’année 2008, ce fonds vise à mieux répondre aux besoins des investisseurs.

À l’aide de ce nouveau fonds, et avec le support des fonds disponibles dans les différents ministères provinciaux et fédéraux, nous avons pu injecter, avec le CLD, plus de 1,9 million de dollars dans l’économie de Shawinigan.

Depuis le mois de janvier 2008, nous avons ainsi accompagné des investissements privés de près de 26 millions de dollars, ce qui a permis la création de 321 nouveaux emplois et la consolidation de 1 199 emplois existants.

Parallèlement à ces initiatives, nous avons investi plus d’un demi-million de dollars pour le prolongement des services municipaux afin de desservir de nouveaux terrains dans les parcs industriels Albert-Landry du secteur Shawinigan-Sud et Albert-Thibeault du secteur Grand-Mère.

Je voudrais aussi souligner la création du Comité de diversification de la Ville de Shawinigan qui reçoit et analyse les projets qui sont recommandés à la Ville pour obtenir le soutien financier provenant des fonds du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, ainsi que du ministère des Affaires municipales et des Régions. Déjà, l’entreprise Faberca a bénéficié de cette aide et d’autres projets seront connus prochainement.

  • Services techniques

Les Services techniques de la Ville ont œuvré, au cours de l’année, sur la consolidation de nos infrastructures. Dans certains cas, ils ont réalisé des projets de mise en valeur très attendus pas les citoyens.

C’est le cas, notamment, du fameux belvédère Lambert au sommet de la côte de la 5Avenue dans le secteur Shawinigan-Sud. La précarité de cette infrastructure nous avait obligés à interdire l’accès au belvédère. L’instabilité du sol rendait son utilisation risquée et les projets de restauration étaient complexes. Nous avons réussi à refaire le belvédère à neuf en y consacrant un budget de près de 260 000 $. Des pieux ont été installés dans le talus afin de stabiliser la structure. Le belvédère Lambert offrira à nouveau son panorama unique sur la vallée de la rivière Saint-Maurice dès vendredi prochain.

Nous avons aussi amorcé les travaux de rénovation de l’avenue Willow, au centre-ville. Les trottoirs des deux côtés de la rue sont élargis et refaits en pavé imbriqué. De nouveaux luminaires, plus esthétiques, viendront s’ajouter au décor. Nous procédons à la réfection complète des réseaux d’aqueduc et d’égouts ainsi qu’à l’enfouissement des câbles des différents services d’utilité publique. Ces importants travaux de 955 000 $ constituent le premier jalon permettant de relier l’avenue Willow à la 5Rue et à l’ensemble du centre-ville.

D’autres chantiers importants ont été amorcés ou s’amorceront au cours des prochaines semaines, afin de rénover nos infrastructures. Soulignons, par exemple, la réfection de l’aqueduc et de la chaussée de l’avenue de la Montagne au coût de 1,6 million de dollars ainsi que le chantier de réfection de l’aqueduc et de la chaussée du chemin des Bois-Francs au coût de 1,4 million de dollars.

Mais, pour qu’une ville progresse, il ne faut pas seulement prendre soin des équipements en place. Il faut aussi innover, étendre nos services afin d’ouvrir de nouveaux secteurs résidentiels pour accueillir de nouveaux citoyens.

C’est ce que nous avons fait, par exemple, en investissant 1,5 million de dollars pour l’aqueduc et la voirie au Domaine des Rapides et 1 150 000 $ pour les services et les rues de la phase 9 du Domaine du Havre.

Nous avons également fait des prolongements de service sur la 3Avenue et sur la 140Rue dans le secteur de Shawinigan-Sud pour un investissement total de près de 800 000 $.

Toutes ces initiatives ont pour objectif d’accompagner et de stimuler la construction domiciliaire résidentielle. Et nous pouvons affirmer que notre objectif a été atteint.

Au cours des 10 premiers mois de l’année, nous avons émis 87 permis de construction résidentielle pour une valeur totale de 19,9 millions de dollars.

Bien que l’année 2008 ne soit pas terminée, il s’agit d’une augmentation de 20 % sur la valeur des permis émis en 2007. Ces 87 permis prévoient la construction de 138 unités de logement, ce qui représente une augmentation de 30 % par rapport au résultat de 2007.

D’autre part, nous enregistrons une augmentation de 1,5 % de la valeur de notre rôle d’évaluation pour 2009.

  • Travaux publics

Nous pouvons certainement dire que les changements climatiques nous ont tous rattrapés en 2008, citoyens comme dirigeants municipaux.

Il est tombé une quantité de neige hors du commun, ce qui a entraîné des dépenses excédentaires de près de 1 million de dollars pour les opérations de déneigement et ce qui nous a obligés à revoir nos opérations pour les années à venir.

Cette réflexion, déjà amorcée au cours des dernières années, nous a amenés à adopter une politique sur le déneigement qui vise trois objectifs fondamentaux : l’équité entre tous les citoyens, l’efficacité des opérations de déneigement et la sécurité publique sur notre territoire municipal.

Cette même nature, qui nous a apporté la neige cet hiver, a provoqué lors de la fonte du printemps quatre importants glissements de terrain, dont deux ont affecté des équipements municipaux.

Sur la 27Avenue du secteur Shawinigan, des travaux de près de 500 000 $ sont en cours et sur l’avenue Beaudry-Leman, nous estimons qu’il en coûtera près de 1 million pour corriger la situation. Ces travaux sont toutefois admissibles à des programmes d’indemnisation de la Sécurité civile.

Au Service des travaux publics, nous avons également dû réagir à des augmentations significatives des coûts pour les opérations que nous avions l’habitude de faire exécuter par contrats. Dans deux cas, nous avons décidé de réaliser ces opérations à l’interne.

Dorénavant, nos employés vont faire l’entretien des équipements d’aqueduc et des usines de traitement. Les soumissions reçues nous indiquaient des augmentations des coûts d’entretien de 66 % par rapport aux contrats de 2007.

Puis, nous avons décidé de faire en régie le déneigement des secteurs Saint-Jean-des-Piles et Saint-Georges-de-Champlain, car nous faisions face à des augmentations de 40 à 53 % selon les secteurs.

Alors que nous confions de nouveaux défis à nos employés, la Ville a pris une orientation pour exprimer son leadership en matière de santé et sécurité au travail, une initiative qui a été reconnue par l’Association sectorielle paritaire des affaires municipales. Des formations très spécifiques ont été données aux employés des Travaux publics sur le travail en espace clos, le travail en tranché et le cadenassage des équipements.

De plus, nous avons poursuivi en 2008 notre programme de modernisation de la machinerie et des équipements.

Enfin, des travaux de bouclage du réseau d’aqueduc ont été réalisés dans les secteurs Shawinigan et Saint-Georges-de-Champlain afin de nous permettre de respecter le Schéma de couverture de risques en augmentant la pression et le débit disponibles pour le Service de sécurité incendie.

  • États financiers au 31 décembre 2007

Il est important de noter que, conformément à la loi, les états financiers de l’année 2007 de la Ville de Shawinigan sont les premiers à être présentés consolidés avec les organismes sous le contrôle de la Ville.

Cela signifie que nous devons tenir compte de notre part de responsabilité financière pour chacun de ces organismes :
- la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie;
- la Régie de transport en commun de Shawinigan;
- la Corporation culturelle de Shawinigan;
- la Corporation du parc de l’Île-Melville;
- le CLD Shawinigan;
- et la Société de développement de Shawinigan.

Pour l’année 2007, la Ville a enregistré un surplus de 1 532 000 $. Cet excellent résultat porte le surplus accumulé, au 31 décembre 2007, à 2 387 000 $.

La dette à long terme de la Ville est passée de 79,7 millions de dollars à 81,4 millions $ au 31 décembre 2007, dont 34 % sont assumés par le gouvernement du Québec, ce qui fait un endettement net à long terme de 57,2 millions de dollars comparativement à 56,8 millions de dollars en 2006.

Pour l’année 2007, le vérificateur a émis un rapport sans réserve.

  • Programme triennal d’immobilisations

Adopté en même temps que le budget de 2008, le Programme triennal d’immobilisations était de 53,6 millions de dollars pour 2008; de 93,3 millions de dollars pour 2009 et de 58,8 millions de dollars pour 2010.

Les principaux investissements prévus étaient le nouvel amphithéâtre, avec un coût de construction de 20,8 millions de dollars, et différents travaux de services sanitaires et d’aqueduc évalués à 13,5 millions de dollars.

Pour 2009, nous prévoyons poursuivre la mise à niveau de nos infrastructures municipales dans chacun des secteurs de la Ville. La réfection de la Maison de la culture Francis-Brisson, financée en grande partie par le PMVI, figure dans la liste de nos priorités.

  • Données préliminaires pour 2008

Lors du dépôt des prévisions budgétaires pour l’exercice 2008 à la séance du comité exécutif du 5 novembre, un montant de 400 000 $ a été présenté comme surplus pour l’année en cours, et ce, malgré un dépassement de coût au niveau des activités de déneigement de l’ordre de 1 million de dollars.

Naturellement, ce montant est une approximation et est dépendant des conditions climatiques qui séviront d’ici la fin de l’année.

En décembre, nous allons procéder à une émission d’obligations d’un montant de 23,6 millions de dollars, dont 1,3 million de dollars consacrés au refinancement.

Pour cette émission d’obligations, le montant le plus important est dédié à l’amphithéâtre. Il s’agit d’une somme de 16,1 millions de dollars pour lesquels nous recevrons une subvention du gouvernement du Québec de 4,7 millions de dollars échelonnée sur 10 ans. Le gouvernement fédéral a, quant à lui, déjà payé sa part de 4,7 millions de dollars.

Cette émission portera la dette totale aux environs de 97 millions de dollars et l’endettement net à 68 millions de dollars.

En 2008 le conseil a augmenté le fonds de roulement de la Ville de 1,7 million de dollars, portant ainsi le montant total à plus de 4,1 millions de dollars.
 
Ce fonds  nous permet de procéder à des investissements sans avoir recours à des emprunts, nous permettant ainsi d’économiser sur nos dépenses d’intérêts.

Comme notre budget repose sur les ressources essentielles pour assurer le maintien des services municipaux, chacun des directeurs de service est soucieux du respect des budgets alloués par le conseil et en assure un contrôle rigoureux.

  • Orientations budgétaires 2009

Le conseil travaille présentement à terminer la confection du budget municipal pour l’année 2009. Il sera déposé officiellement lors d’une séance extraordinaire le lundi 22 décembre prochain.

L’année budgétaire 2009 va nous permettre de compléter l’harmonisation du taux de taxation pour l’ensemble des secteurs. Notre objectif demeure de conserver un taux acceptable pour tous les contribuables.

L’année 2009 sera donc une année financière marquée sous le sceau de la prudence et de la consolidation, tout en poursuivant nos efforts pour le développement économique.  

  • Rémunération du conseil en 2008

Conformément à la Loi sur le traitement des élus municipaux :

La rémunération pour le poste de mairesse a été fixée à 63 263 $ et l’allocation de dépenses à 14 018 $.

La rémunération mensuelle pour le poste de maire suppléant a été fixée à 456 $ et l’allocation de dépenses à 228 $.

Les conseillers ont reçu une rémunération de base de 17 067 $ et une allocation de dépenses de 8 534 $.

Les membres du comité exécutif reçoivent une rémunération mensuelle de 684 $ et une allocation de dépenses de 342 $, à l’exception de la présidente, la mairesse, qui ne reçoit que la rémunération de base.

Un membre d’une commission ou d’un comité créé par la Ville reçoit une rémunération mensuelle de 114 $ et une allocation de dépenses de 57 $, à l’exception de la mairesse qui ne reçoit que la rémunération de base. Ce montant reste le même peu importe le nombre de comités auxquels il siège.

La mairesse est déléguée par la Ville à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie. La rémunération annuelle pour cette fonction est de 3 508 $ sans allocation de dépenses. Les membres du conseil ne reçoivent pas de rémunération lorsqu’ils siègent à différents organismes du milieu.

  • Dépôt de la liste des contrats

Conformément à l’article 474.1 de la Loi sur les cités et villes, nous avons annexé à ce rapport, la liste des contrats de plus de 25 000 $ octroyés par la Ville depuis le 12 novembre 2007 et des contrats de plus de 2 000 $ intervenus avec un même contractant lorsque le total de ces contrats excède 25 000 $.

  • Conclusion

L’année 2008 aura été une année difficile, une année très émotive. Ce fut  une année charnière pour la reconversion de notre économie.

Mais, je suis fière de notre façon de réagir face à l’adversité. Je suis fière du courage et de la ténacité qu’ont démontrés les travailleurs et les familles des employés de la Belgo; fière aussi de la réaction de tous nos partenaires économiques et sociaux; fière de l’entrepreneurship de nos gens d’affaires et de la vision d’avenir de nos jeunes.

Tous ensemble, nous avons réagi de la bonne façon, sans paniquer et sans baisser les bras.

C’est pour ça que nous pouvons conclure l’année avec une contribution directe à la création de près de 400 nouveaux emplois et la consolidation de 1 159 emplois existants. Nous sommes également très fiers d’avoir contribué, par l’amélioration de nos services municipaux, à une hausse de 30 % de la construction de nouvelles unités de logement.

Et nous travaillons sans relâche pour continuer à offrir, à nos concitoyens, la meilleure qualité de vie qui soit, au meilleur coût possible.

Ces efforts ont d’ailleurs été reconnus, plus tôt cette année, par la firme Confluences communications qui a classé Shawinigan au 2rang de son palmarès des villes de 50 000 habitants et plus où il fait bon vivre.

Finalement, l’année 2008 se termine sur une note positive. Soyez assurés que nous poursuivrons nos efforts en 2009 pour faire progresser Shawinigan.

Merci de votre attention.

Lise Landry
Mairesse de Shawinigan