Saint-Jean-des-Piles web
Techniques et obligations
 La largeur de la rive est variable
 
La rive est définie comme une bande de terre qui s’étend à partir de la ligne des hautes eaux vers l’intérieur des terres. La largeur de la rive à protéger se mesure horizontalement, elle a une largeur minimale de :
  • 10 m lorsque la pente est inférieure à 30 % ou lorsque la pente est supérieure à 30 % et présente un talus de moins de 5 m de hauteur;
  • 15 m lorsque la pente est continue et supérieure à 30 %, ou lorsque la pente est supérieure à 30 % et présente un talus de plus de 5 m de hauteur
  • 15 m autour des plans d’eau suivants : rivière Saint-Maurice, rivière Shawinigan, lac des Piles, lac Canard, lac Vincent
Obligation générale de végétalisation
 
Le propriétaire d’un terrain riverain à un lac ou à un cours d’eau permanent doit conserver, entretenir et remplacer, au besoin, la végétation présente. Il doit :
  • végétaliser la rive sur une largeur de 10 ou 15 mètres;
  • recouvrir de végétation les aménagements de pierres, les enrochements, les murs de soutènement ou tout autre aménagement semblable pour stabiliser les rives;
  • cesser toute intervention de contrôle de la végétation dont notamment la tonte de gazon, le débroussaillage et le rabattage des végétaux dans la rive;
  • ne pas porter atteinte au couvert racinaire, sauf pour remplacer un arbre ou un arbuste mort, malade ou dangereux;
  • remplacer tout arbre ou arbuste mort, malade ou dangereux par un autre arbre ou arbuste, conformément au guide de l’annexe 10.10.5 du Règlement général SH-1 page 72) et maintenir sa zone d’ombre au sol.
     
La technique de plantation de base 
 
En cessant de tondre le gazon en bordure de la rive, la végétation réapparait graduellement avec le temps. Pour donner un coup de main à la nature, il est toutefois possible d’y introduire soi-même les espèces adéquates pour cet écosystème. Afin de maximiser la survie des nouveaux plants et de favoriser leurs croissances, il est important de respecter un certain protocole :
 
Étape 1
Effectuer la plantation au printemps jusqu’à la mi-juin, ou à l’automne dès la fin août;
 
Étape 2
Planter les plants à la fraicheur, soit tôt le matin ou en fin de journée, pour éviter leur dessèchement;
 
Étape 3
Disposer les plants en quinconce, c’est-à-dire quatre plants aux quatre angles d’un carré, d’un losange ou d’un rectangle et un cinquième au milieu. Les arbustes doivent être plantés à une distance de 1 à 1.5 mètres et les arbres à une distance de 4 à 5 mètres;
 
 
 
 Source : Rappel-COOP
Étape 4
Privilégier un accès de biais vers le plan d’eau pour éviter la perte de sol par ruissellement;
 
 
 
 
Source : Rappel-COOP
Étape 5
Creuser un trou assez grand pour y faire entrer aisément la motte du plant;
 
Étape 6
S’assurer que le fond du trou est bien meuble en remuant le sol à l’aide d’une pelle ou d’une fourche. En cas de sol sec, arroser le fond du trou;
 
Étape 7
Amender au besoin. Ajouter de la mousse de sphaigne (tourbe), du compost, de la terre à jardin ou des mycorhizes;
 
Étape 8
Placer le plant dans le trou. Il doit être installé droit. Le haut de la motte doit être au même niveau que le sol. Aucune racine ne doit dépasser et aucune branche ne doit être enterrée;
 
Étape 9
Remplir le trou avec la terre d’excavation à la moitié et tasser légèrement;
 
Étape 10
Arroser
 
Étape 11
Terminer le remplissage du trou par un léger tassement;
 
Étape 12
Préparer la cuvette d’arrosage en faisant un bourrelet de terre autour du trou afin que l’eau y demeure au moment de l’arrosage ou lors des pluies;
 
Étape 13
Arroser en remplissant la cuvette. Si l’eau s’écoule rapidement, on recommence jusqu’à ce qu’elle reste dans la cuvette quelques minutes;
 
Étape 14
Faire la taille de nettoyage. Si cela n’a pas été fait précédemment, couper les tiges endommagées et enlever le feuillage abîmé.
   
Dans un enrochement
Avant d’entreprendre les travaux de plantation, il est important de définir l’épaisseur de l’enrochement. Dans le cas d’un enrochement très épais, il est parfois conseillé de planter en utilisant la méthode dite de la «langue» ou de la «mèche».
 
Cependant, les expériences sur le terrain ont démontré que le taux de survie y est très bas. Pour végétaliser un enrochement épais, il est donc conseillé d’implanter des plantes grimpantes en haut de ce dernier.
 
 
Étape 1
Déplacer des pierres pour former une ouverture suffisamment grande pour que les racines d’un plant à maturité puissent s’y développer. Donc, tenir compte du type de plante. Le trou doit être assez profond pour rejoindre le sol existant;
 
Étape 2
Étendre un morceau de toile de jute dans la cuvette de façon à ce que chaque rebord soit composé de toile;
 
Étape 3
Remplir légèrement la toile de terre. Celle-ci doit correspondre aux besoins des plantes sélectionnées (sol sec ou humide, pauvre ou riche, etc.);
 
Étape 4
Installer le plant dans le trou;
 
Étape 5
Compléter le remplissage du trou à la moitié;
 
Étape 6
Arroser dans le trou;
 
Étape 7
Terminer le remplissage du trou;
 
Étape 8
Ramener les côtés du morceau de jute vers le plant;
 
Étape 9
Poser quelques pierres sur la toile de jute, afin de consolider l’aménagement.
 
En haut ou en bas d’un mur ou d’un muret
Les murs existants devant être laissés en place, on doit chercher à végétaliser avec et autour d’eux.
 
Mur avec une plage naturelle en avant

Il est possible de planter des arbustes et des plantes grimpantes au pied et au-dessus du mur. On sélectionne des végétaux qui aiment avoir les pieds dans l’eau ou qui peuvent subir des inondations passagères, selon le cas.
 
 
Mur sans plage en avant

La base du mur étant dans l’eau de façon prolongée ou permanente, on ne peut y planter de la végétation. La végétalisation se fait alors par le dessus. Au sommet du mur, des plantes grimpantes qui retombent le long des pierres peuvent être plantées.
 
 
 
Une rive très exposée aux vagues
 
Les végétaux plantés aux abords des lacs et des cours d’eau dont le niveau varie peuvent facilement être déracinés par les vagues ou les glaces. Il est alors possible de placer au pied des plantes une toile biodégradable, telle que la toile de jute, que l’on recouvre de quelques pierres ou uniquement de placer des pierres.
 
Étape 1 
Creuser une tranchée adaptée à la situation, à environ 30 cm de la démarcation de l’action des vagues;
 
Étape 2
Recouvrir le fond et les bords de la tranchée avec de la toile de jute. Chaque rebord doit être composé de toile;
 
Étape 3
Remplir avec de la terre qui correspond aux besoins des plantes sélectionnées;
Étape 4
Mettre les plants en terre;
 
Étape 5
Rabattre les côtés en toile de jute vers le pied des plants et faufiler la toile avec une grosse ficelle;
 
Étape 6
Placer des pierres autour des plants.
 

Source : http://banderiveraine.org
 

 L’entretien de la bande riveraine
 
À la suite de la plantation, un bon entretien facilite la survie des plants :
  1. Arroser généreusement les plants tout au long de l’été;
  2. Vérifier si les plans doivent être rechaussés au printemps;
  3. Couper les têtes des plants afin de renforcer leur base, au printemps ou à l’automne.
 
Il est interdit de réaliser des ouvrages ou des travaux dans la rive et le littoral.
Il existe toutefois quelques exceptions.

Pour en savoir plus sur les permis et les certificats d’autorisation,
communiquez avec le Service aux citoyens au 819 536-7200 ou cliquez ici.
 
 
 
 Liens utiles

Dépliant plantation et entretien d’une bande riveraine
      (Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec)

 Protection des rives, du littoral et des plaines inondables, Guide de bonnes pratiques
     (Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs Québec)

Guide des bonnes pratiques : aménagement et techniques de restauration des bandes riveraines
      (Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec)
Affiche Vivre au bord de l'eau
      (Pêches et Océans Canada)
 
L'art de revégétaliser les berges
     (Présentation du 8 juin 2019 de Bassin Versant St-Maurice)