Saint-Jean-des-Piles web
Communiqués de presse
Nouvelles normes pour la végétation dans la bande riveraine
Nouvelles normes pour la végétation dans la bande riveraine
Nouvelles normes pour la végétation dans la bande riveraine
« On souhaite assurer la pérennité des lacs et des cours d’eau sur notre territoire » 
- Michel Angers, maire


Shawinigan, le mercredi 14 mai 2014 –
La Ville de Shawinigan a adopté à la séance publique de mardi le règlement SH-1.53 qui édicte les normes et les obligations des propriétaires riverains en matière de végétation dans la bande riveraine.
 
Ces nouvelles dispositions encadrent les différentes manières d’entretenir et de contrôler la végétation située en bordure d’un lac ou d’un cours d’eau permanent, puis de restaurer la rive lorsqu’elle a été altérée. Tout propriétaire d’un terrain riverain doit végétaliser la rive sur une largeur de 10 mètres.
 
« Ce qu’on souhaite, c’est assurer la pérennité des plans d’eau et des cours d’eau sur notre territoire dans un objectif de développement durable », explique le maire Michel Angers.
 
« Il est important de maintenir et d’améliorer leur qualité en accordant aux rives une protection plus adéquate. »
 
L’importance du rôle joué par la bande riveraine sur les cours d’eau et les lacs a été longtemps sous-estimée. Nous constatons à plusieurs endroits des transformations inquiétantes de leurs caractéristiques naturelles. Il s’agit pourtant d’un élément majeur pour assurer la qualité des écosystèmes.
 
« Par manque de connaissances et par souci esthétique, nous avons voulu transposer à la campagne une façon d’occuper le territoire à laquelle nous étions habitués en ville : grandes surfaces de pelouse, peu d’arbres, des aménagements paysagers et du mobilier de jardin », raconte le maire de Shawinigan. « Aujourd’hui, nous savons qu’il s’agit de pratiques qui ne sont plus acceptables. »
 
En effet, le déboisement et les aménagements artificiels sont non seulement dommageables lorsque pratiqués en milieu urbain, mais très néfastes lorsque pratiqués en milieu riverain.
 
Une bande riveraine endommagée, c’est une porte ouverte au phosphore et aux sédiments, en plus d’exposer la rive à l’érosion et de permettre un réchauffement indu de l’eau sur le littoral du lac ou de la rivière. C’est pourquoi la restauration des bandes riveraines s’impose.
 
Par cette nouvelle réglementation, la Ville de Shawinigan déploiera dès maintenant, tous les efforts pour accompagner les citoyens dans ce virage nécessaire, et ce, jusqu’à l’entrée en vigueur des dispositions pénales à l’été 2016.
 
L’action de végétaliser ou de naturaliser une bande riveraine qui aurait été artificialisée ou dégradée lui permettra d’exercer ses fonctions originales et de retrouver son cachet naturel. L’objectif général est de protéger la berge, de rétablir et de maintenir la qualité des écosystèmes.
 
Il faut désormais abandonner la pelouse, les aménagements paysagers ainsi que les infrastructures artificielles et procéder à la plantation d’herbacés, d’arbustes et d’arbres indigènes.
 
« La végétalisation et la naturalisation des rives constituent un grand chantier qui nous interpelle tous », lance le maire Michel Angers.
 
- 30 -
 
Source : François St-Onge
               Directeur
               Service des communications
               Ville de Shawinigan 
               fstonge@shawinigan.ca