Saint-Jean-des-Piles web
Communiqués de presse
Harmonisation des noms de rues : une démarche nécessaire à Shawinigan
Harmonisation des noms de rues : une démarche nécessaire à Shawinigan
Campagne d’harmonisation des noms de rues
Une démarche nécessaire à Shawinigan

Shawinigan, le vendredi 10 avril 2015 – Appuyé par les membres du conseil municipal et plusieurs intervenants socioéconomiques de Shawinigan, le maire Michel Angers a tenu à faire le point sur la démarche d’harmonisation des noms de rues sur le territoire.
 
« Certains prétendent que c’était un gaspillage d’argent, que c’était des changements inutiles et que ça ne tenait pas compte de l’histoire locale », constate le maire Michel Angers. « Mais il n’en demeure pas moins que l’harmonisation est une démarche nécessaire. »
 
Il s’agit d’une démarche nécessaire à deux niveaux : pour assurer un niveau de sécurité maximal pour nos citoyens et pour soutenir le développement économique de nos entreprises commerciales, industrielles et touristiques.
 
Sécurité publique : éliminer les risques d’erreur
En termes de sécurité publique, le maintien de la toponymie actuelle augmente les risques d’erreur. À Shawinigan, 365 des 790 noms de rues à Shawinigan constituent des doublons ou d’importants problèmes de discontinuité. Ce qui représente 46 % des noms de rues.
 
« Quand tout va bien, il n’y a pas de problème. Mais nos services d’urgence sont constamment sur une corde raide quand ils sont appelés à intervenir rapidement », explique le maire Angers, appuyé par le directeur du Service de sécurité incendie, François Lelièvre.
 
En effet, les pompiers, les ambulanciers et les policiers doivent multiplier les prises d’information sur le territoire de Shawinigan. « Les gens qui appellent pour un incendie, souvent en panique, omettent de préciser s’ils vivent sur une rue Nord-Sud ou Est-Ouest, ou encore, dans les cas de doublons, dans quel secteur ils sont. Cela provoque des délais, des déplacements vers une mauvaise adresse ou encore l’envoi de deux équipes à des adresses pour ne pas prendre de risque » explique monsieur Lelièvre.
 
« Le conseil municipal a la responsabilité de s’assurer que le système de référencement d’adresses sur notre territoire est sécuritaire. Et je suis personnellement convaincu qu’il faut procéder à un changement », ajoute le maire Michel Angers. « Nous avons décidé de prendre nos responsabilités parce que nous ne pouvons pas nous permettre de prendre de risque avec la sécurité. »

Et c’est exactement la même conclusion à laquelle en sont venues les 40 autres villes du Québec qui ont procédé à l’harmonisation de leurs noms de rues. Gatineau, Québec, Repentigny, Terrebonne et Trois-Rivières ont jugé qu’il était utile et pertinent d’harmoniser leurs noms de rues et le temps leur a donné raison.
 
Développement économique et touristique : un gain à long terme
Ce qui est vrai pour la sécurité publique est également vrai pour le développement économique. De plus en plus d’entrepreneurs, comme TecFab International, situé dans le secteur Lac-à-la-Tortue, connaissent des problèmes de livraison de matériel en raison d’une adresse problématique. « Environ un camion sur deux se perd en cherchant TecFab. Ça pourrait devenir une problématique en cas de mesures d’urgences. Sur notre site internet, nous sommes obligés d’inscrire deux adresses, sur la 125e Rue et sur la 53e Avenue, pour être certains que les gens se retrouvent, et encore, nous recevons constamment des appels qui nous obligent à diriger les gens », témoigne Nicolas Massicotte, directeur général de l’entreprise.
 
Sur notre territoire, les adresses postales officielles portent le nom des anciennes municipalités, mais les grandes banques de données utilisent de plus en plus le nouveau nom officiel de la ville. Et de plus en plus d’entreprises identifient leur nouvelle adresse à la ville officielle, alors que ça ne correspond pas à la réalité sur le terrain. Il en découle un problème de référencement de plus en plus important. Même les GPS ne s’y retrouvent plus.
 
« Voilà pourquoi il est utile et nécessaire de faire l’harmonisation des noms de rues à Shawinigan », constate le maire de Shawinigan. « C’est un investissement qui sert au mieux-être et au développement de notre communauté. »
 
Des consultations publiques et la participation de nombreux citoyens
Par ailleurs, pour réaliser cette harmonisation, la commission de toponymie de la Ville s’est appliquée à communiquer avec et à consulter les citoyens. « En 2014 et 2015, nous avons tenu cinq rencontres citoyennes, fait un appel public de propositions de noms et reçu près de 200 suggestions et commentaires », rappelle la conseillère Lucie De Bons, présidente de la commission. « De plus, des citoyens bénévoles de la Société d’histoire et de généalogie de Shawinigan ont apporté leur précieuse collaboration afin de nous proposer une banque de noms significatifs. »

« Shawinigan est une ville en mouvement. Depuis que je suis maire, je n’ai jamais craint de relever les défis qui se présentent, comme assurer nos sources d’approvisionnement d’eau potable et prendre le virage entrepreneurial. L’harmonisation des noms de rues est une étape qui nous mènera vers une ville mieux organisée et plus efficace », conclut Michel Angers.
 
Une fois l’exercice complété, Shawinigan pourra compter sur un système de référence postal sécuritaire et cohérent. L’ajout des nouveaux noms de rues nous permettra de faire honneur à notre histoire locale en nommant des rues au nom des anciennes villes – une première au Québec – et en intégrant les noms de plusieurs citoyens qui ont contribué à construire notre communauté.
 
 
– 30 –
 

Source :     Karine Beaulé-Prince
                   Service des communications
                   Ville de Shawinigan
                   819 536-7200
                   harmonisation@shawinigan.ca 
 
Sur la photo, on aperçoit les intervenants qui ont pris la parole afin d'appuyer le processus d'harmonisation des noms de rues de la Ville de Shawinigan (de gauche à droite) : Michel Matteau, président de l'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan; Janine Petit, vice-présidente du Centre d'action bénévole (CAB) de Shawinigan; Jonathan St-Jean, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan; Pauline Lapointe, présidente du CAB de Grand-Mère; François Lelievre, directeur du Service sécurité incendie de la Ville de Shawinigan; Michel Angers, maire de Shawinigan; Gilles Julien, président de la Société d'histoire et de généalogie de Shawinigan; Lucie DeBons, conseillère municipale et présidente de la commission de toponymie de la Ville; Nicolas Massicotte, directeur général de TecFab international inc.