Saint-Jean-des-Piles web
Communiqués de presse
 Des mesures pour assurer la pérennité de l’usine Alcan
Des mesures pour assurer la pérennité de l’usine Alcan

Alcan en Mauricie – Mettons-y de l’énergie !
Des mesures pour assurer la pérennité de l’usine

Shawinigan, le mercredi 2 septembre 2009 – Les partenaires de la campagne de mobilisation régionale « Alcan en Mauricie - Mettons-y de l’énergie ! » redoublent d’efforts afin de trouver des solutions viables qui permettraient la pérennité de l’usine Rio Tinto Alcan de Shawinigan. Au cours d’une conférence de presse tenue cet avant-midi, les portes parole des partenaires ont réclamé diverses mesures qui, si elles étaient adoptées, favoriseraient le maintien des opérations après la date fatidique de 2015. 

Normes plus sévères pour le Québec

Ainsi, dans le contexte de la campagne «Alcan en Mauricie – Mettons-y de l’énergie !», il faut que le gouvernement fédéral modifie l’entente de performance environnementale intervenue entre Rio Tinto Alcan (RTA) et Environnement Canada car les conditions environnementales à respecter sont plus sévères pour les usines du Québec que pour celles de la Colombie-Britannique.

«Nous croyons qu’il est tout à fait justifié que des normes environnementales plus sévères soit appliquées mais nous ne pouvons accepter que le gouvernement impose des normes qui ne sont pas uniformisées. Cette politique du deux poids deux mesures aura de lourdes conséquences pour le Québec, c’est inacceptable», commente Louis-Gérard Dallaire, président du syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’aluminerie Alcan de Shawinigan (CSN).

«Il est impératif de pouvoir continuer les opérations à l’intérieur d’une norme qui soit adaptée à une industrie de technologie moins récente, mais qui fait tout de même tous les contrôles nécessaires sur ses rejets, que ce soit dans l’eau, l’air ou le sol. Dans cet objectif, nous entretenons des relations transparentes avec le ministère de l’Environnement», note Louis-Gérard Dallaire.

D’ailleurs, dit-il, les travailleurs ont grandement collaboré à l’amélioration du bilan environnemental et de la productivité de leur usine et ils continuent de le faire.

Restaurer l’entente entre RTA et Québec

Par ailleurs, le président du conseil central Cœur-du-Québec (CSN), Michel Angers, réclame la restauration de l’entente intervenue entre RTA et le gouvernement du Québec, en vertu de laquelle la compagnie s’était engagée, entre autres, à maintenir ses opérations possiblement jusqu’en 2015 à son usine de Shawinigan.

Cependant, il avait été prévu que cette entente deviendrait caduque si le prix de l’aluminium et le taux du dollar franchissaient un seuil préétabli au cours d’une période déterminée, ce qui arriva à cause de la crise. «Mais en raison de la reprise économique qu’on nous prévoit pour les prochains mois, les conditions sont à nouveau réunies pour qu’une nouvelle entente soit négociée par Québec avec RTA, d’autant plus que le gouvernement a consenti d’autres sommes d’argent importantes à cette entreprise», explique Michel Angers.

Étude sur le marché de l’aluminium

Dans le but de mieux comprendre les tendances du marché de l’aluminium, de bien définir les opportunités qui pourraient s’offrir à Shawinigan et de pouvoir ainsi récolter sa part du potentiel économique s’y rattachant, la région aurait tout intérêt à s’associer à une étude sur le sujet qui sera entreprise prochainement.

D’après le chercheur Marc-Urbain Proulx, de l’Université du Québec à Chicoutimi, une croissance importante du marché de l’aluminium serait à prévoir au cours des 10 prochaines années. De plus, en raison de la pression environnementale mondiale, les grands producteurs d’aluminium rechercheraient de l’énergie propre provenant de l’hydroélectricité au détriment du mazout et du charbon.

«Il faut être prêt», d’indiquer la mairesse de Shawinigan, Lise Landry. «Je demande à la Conférence régionale des élus de la Mauricie et aux intervenants économiques de la région de nous accompagner afin de nous soutenir financièrement dans cette démarche de recherche.»

Utilisation des ressources

Le marché de l’aluminium change rapidement et tout indique que le Québec et la Mauricie en particulier sont des terres d’accueil exceptionnelles, qui se démarquent par la qualité de la main-d’œuvre et des infrastructures qui sont sur le territoire. «Il est important d’agir maintenant afin d’assurer l’avenir des familles, de la collectivité, de la ville et de la région», soulignent les partenaires de la campagne de mobilisation régionale «Alcan en Mauricie - Mettons-y de l’énergie !»

-30-


Renseignements :

Louis-Gérard Dallaire
Président du syndicat CSN de l’aluminerie Alcan de Shawinigan
819 539-0799 / 819 913-9320 
 
Lise Landry
Mairesse de Shawinigan
819 536-7200